Publié dans Jeunesse, One-shot

Les Larmes de mon père

Ce livre est dans ma bibliothèque depuis toujours. Il avait probablement appartenu à une personne de ma famille qui avait du l’acheter pour l’école. Je peux vous dire qu’il a été sacrément mal traité. Effectivement quand j’étais beaucoup plus jeune je n’apportais pas autant de soin à mes livres que je le fais aujourd’hui. Mes anciens livres Disney -donnés à mes neveux et nièces- et celui-ci peuvent en témoigner…

Je n’avais jamais eu la motivation de me jeter dessus malgré son nombre de pages relativement faible. Mais ce lundi après-midi, je m’ennuyai, je ne savais que faire ou que lire. J’ai donc décidé d’y aller au hasard et j’ai attrapé le premier livre que ma main pouvait atteindre. Et c’est tombé sur celui-ci. En vérité, je ne m’attendais à rien du tout. Et c’était bien comme cela. J’ai ainsi pu le découvrir librement sans a priori.

Ce livre c’est l’histoire d’un petit garçon de 10 ans prénommé Tistou dont le père, le grand-père et l’arrière-grand-père sont paysans. Et sans étonnement, quand il sera grand Tistou veut devenir agriculteur également. Mais lors d’une nuit d’hiver, la vie du petit garçon va changer à cause d’une étrange feuille rose. Le livre étant assez court, je ne peux pas vous faire un résumé plus précis par peur de vous dévoiler beaucoup d’éléments essentiels de l’histoire.

J’ai beaucoup aimé cette histoire. Cela beau être un livre pour enfants, il peut également être apprécié par des adultes. L’auteur ne prend absolument pas les enfants pour des idiots. Il explique certains événements ou même certaines politiques comme s’il en discutait avec des adultes.

Ce livre lève le voile sur le côté sombre de l’agriculture. Mais surtout à quel point le métier d’agriculteur est un métier très difficile à exercer à partir de la fin du vingt-et-unième siècle. J’ai trouvé ce sujet très intéressant et important car encore aujourd’hui nos agriculteurs ont des difficultés à survivre et cela nous aide à comprendre le système qui les contrôle et qui les met dans la difficulté.

Tistou et les autres enfants du livre sont des enfants intelligents, déterminés, solidaires et volontaires. Bien évidemment ces enfants se devaient d’être en quelque sorte parfaits, ce sont un peu les personnages centraux du roman. Mais ce n’était pas dérangeant. On voit que l’auteur ne veut pas rabaisser les enfants en les considérant comme plus imbécile et immature qu’ils le sont.

J’ai trouvé les adultes très à l’écoute des enfants mais surtout très ouverts d’esprit. Encore de nos jours la plupart des adultes considèrent que les problèmes d’adultes ne regardent que les adultes et refusent d’écouter les éventuels solutions auxquels les enfants auraient pu penser.

C’est un livre que j’ai adoré. Doux. Idéal pour les enfants mais également très sympathique pour les enfants.

couv43291520adeline-yzac

Adeline YZAC

Editions: Milan

200 pages

1995

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s