Publié dans One-shot, Science-Fiction

Je suis une légende

Si vous n’avez jamais entendu parler du livre, vous avez sûrement déjà entendu ce titre dans une conversation sur le cinéma. Mais si vous n’avez entendu parler ni de l’un ni de l’autre, je vous laisse avec un petit résumé:

Chaque jour, il doit organiser son existence solitaire dans une cité à l’abandon, vidée de ses habitants par une étrange épidémie. Un virus incurable qui contraint les hommes à se nourrir de sang et les oblige à fuir les rayons du soleil … Chaque nuit, les vampires le traquent jusqu’aux portes de sa demeure, frêle refuge contre une horde aux visages familiers de ses anciens voisins ou de sa propre femme. Chaque nuit est un cauchemar pour le dernier homme, l’ultime survivant d’une espèce désormais légendaire.

J’ai vu le film longtemps avant de découvrir qu’il était basé sur un livre. Ce film fait parti de mes films préférés. C’est pour cette raison que j’avais de très grandes attentes pour ce livre, peut-être un peu trop.  Pendant toute ma lecture, j’avais constamment les images du film en tête et malheureusement ça ne matchait que très rarement. Je vais tenter de vous faire une chronique plus ou moins objective.

Commençons avec les personnages. Le personnage principal, Robert –me semble-t-il-, me tapait totalement sur les nerfs. C’est un homme bipolaire, incertain. Il est incapable de se tenir à un plan. Il décide quelque chose et quelques jours/semaines plus tard il décide de tout lâcher. Il a l’air de complément s’en foutre de sa famille, il ne parle que de sa femme, sa fille est totalement partie aux oubliettes. Comme si elle n’avait jamais existé. Passons, aux « monstres », ceux-ci sont plutôt bizarres, pas effrayant pour un sou. J’ai eu du mal à comprendre pourquoi il y avait plusieurs catégories de monstres, certains vivants, certains morts.

L’intrigue n’est pas assez développée à mon goût, elle n’est pas assez travaillée. Le personnage principal n’a pas vraiment de but : il va à droite, puis à gauche, puis à droite, mais on ne sait pas dans quel but. Découvrir ce qu’il s’est passé ? Survivre ? Guérir tout le monde ? Rien, nothing, nada, nichts. Il y a trop de questions pour lesquelles nous n’avons pas de réponse. On dirait simplement que l’auteur a été chercher des définitions dans un dictionnaire scientifique et les mettait les unes derrières les autres. Je trouve que la fin est incompréhensible et assez sombre.

Pour résumer, si je prends ce livre sans penser au film, c’est un assez bon livre. Mais malheureusement pour moi, j’étais trop attachée au film pour apprécier comme il se doit le livre. Je les ai trouvé trop différents l’un de l’autre. Je sais que c’est le film qui n’a absolument pas été fidèle au livre. Mais je pense qu’ils ont bien faits, parce que je ne sais pas si j’aurais autant apprécié le film s’il avait été comme le livre.


couv71486724avt_richard-matheson_8839

Richard Matheson

Editions Folio (SF)

228 pages

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s